Mesures sanitaires Mesures RAM Présentation

Une envie de tourisme durable

tendances mymaroc
La crise mondiale liée au coronavirus a réveillé les consciences sur le tourisme de masse. Les marocains sont-ils prêts à reprendre leurs anciennes habitudes de voyage ? la question mérite d’être posée. Cette crise sanitaire est, en effet, l’occasion d’une réinvention du tourisme, pour qu’il soit plus respectueux de l’environnement.

Tourisme vert, écotourisme, Slow tourisme, tourisme communautaire, tourisme solidaire, Tourisme équitable, tourisme responsable... Tous ces termes intègrent la notion de respect de l’environnement. Durant cette crise liée au coronavirus, nous avons vu, partout dans le monde, des images insolites de lieux habituellement bondés de monde, où dame nature a repris ses droits. La prise de conscience est là ! Celle des nuisances que l’Homme a, depuis des décennies, engendré sur son environnement.

Les années à venir pourraient donc bien être celles d’un développement fulgurant du tourisme durable. Un tourisme exacerbé par une conscientisation de l’impact de l’empreinte carbone alors que l’éco-anxiété, surtout chez les jeunes générations, s’exprime par l’exigence réelle de pratiques durables. Plus qu’une façon de se distinguer, ces pratiques pourraient devenir une norme, un acquis pour les voyageurs.

La tendance, aujourd’hui, est donc pour un tourisme moins foisonnant, mais synonyme de qualité. Au programme : tendre vers la sobriété carbone, miser sur l’entraide et la justice sociale, encourager les retombées économiques locales et recréer un tourisme de sens.

Une refonte totale du système à mille lieues du modèle de masse qui faisait foi avant la crise est donc désormais d’actualité.

L'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) définit le tourisme durable ou responsable comme : Un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l'environnement et des communautés d'accueil.

La tendance est pour les voyages de proximité, où on logera dans des habitations engagées et où la connexion avec les habitants sera désormais au cœur de l’expérience.

Selon une étude effectuée par Booking.com, les voyageurs qui s’engagent à̀ voyager de façon durable le font non seulement par principe, mais aussi pour ajouter une expérience positive à leurs vacances. Parmi les activités privilégiées, on retrouve : L’achat de produits faits par des locaux (53 %), l’utilisation d’un transport collectif plutôt que le taxi (52 %), trouver un restaurant qui n’utilise que des produits locaux (41 %), sortir des sentiers trop touristiques (40 %), choisir un hébergement unique certifié écoresponsable (30 %).

Un modèle durable est plus que jamais possible, à condition de commencer à l’anticiper et d’utiliser la pandémie du coronavirus pour repartir sur des bases saines.

Le Maroc répond à ces nouveaux besoins et de plus en plus d’établissements hôteliers ont intégrés la donne du développement durable dans leurs prestations et parfois même dans la conception même de leur établissement.

Le challenge sera de généraliser ces initiatives. Intégrer le développement durable à tous les niveaux de l’activité́ touristique constitue donc l’un des enjeux fondamentaux du tourisme de demain.